Ma première année aux études supérieures 📚

pexels-photo-1050717_Fotor
Crédit photo : Pexels.com

 

Hello tout le monde,

J’espère que vous allez bien. Nous sommes lundi 13 août et je vais enfin prendre le temps de vous écrire cet article que je vous ai tant promis depuis le mois de juillet (il était temps, n’est-ce pas ?). Pour tout vous dire, avant de rentrer dans le vif du sujet (vous savez bien comme j’aime faire des parenthèses qui n’ont pas grand chose à voir avec le sujet de l’article), j’avais envie de vous parler un petit peu de mes vacances.

Pour être honnête avec vous, j’ai été en même temps débordée par plein de petits événements qui se sont enchaînés et en même temps débordée par la fainéantise ! J’ai alterné des moments de productivités intenses et des moments d’inactivités profondes haha. Depuis le début de mes vacances, je suis partie à Toronto, j’ai terminé de regarder l’entièreté de la série One Tree Hill (Les Frères Scotts), je suis partie à Megève (article à venir) et j’ai été à la Baby Shower organisée par mon frère et sa femme (ce qui veut logiquement dire que… OUI, je vais être tante dans pas très longtemps !!)*

*Note : pour la petite information, le bébé a pointé le bout de son nez 3 semaines à l’avance et donc, il est déjà né lorsque vous lirez cet article…

Enfin bref, de grandes choses s’annoncent pour ma rentrée en septembre et j’ai encore tellement de choses à vous raconter sur cette première année qui a filée à toute vitesse… Je sais qu’il y a des personnes qui ne sont pas encore aux études supérieures, des personnes qui y sont encore et d’autres où ces années sont loin derrière elles. J’espère que cet article en préparera certains, en fera rire d’autres (parce qu’ils vivent la même chose) et en rendra pour les derniers nostalgiques. Qu’importe qui vous êtes, je pense que cet article pourrait vous plaire, donc restez pour la suite…

.

Re-hello !

Bon. Ok. J’ai un petit peu abusé et je ne vous ai pas écrit mon article sur mes études supérieurs comme je l’avais programmé depuis plus d’un mois… « shame on you » me dirait un de mes anciens professeurs d’anglais.

Nous sommes désormais le mercredi 22 août, je suis sur une « plage » à Prague lorsque je reprends cet article… En réalité, nous sommes sur de l’herbe et nous profitons du coucher de soleil qui donne sur un plan d’eau [même si elle réalité, vous vous en fichez certainement un petit peu puisque ce n’est pas le sujet de mon article haha]. Revenons une fois pour toute au sujet principal de l’article et soyons pour une fois  sérieux.

Je vais commencer par vous parler de mes craintes avant de faire mes premiers pas aux études supérieures, de mes impressions lors de cette première année et ensuite de ce que j’en ai retiré.

  • QUELLES ÉTAIENT MES CRAINTES ?

Pour commencer et pour être honnête avec vous, ma première crainte était les nouvelles rencontres. Une partie de moi était absolument surexcitée de rencontrer de nouvelles personnes et une autre part de moi flippait de ne pas réussir à me faire une place dans ce nouvel univers. La plus grande cause de cette peur étaient due à l’âge des étudiants. Étant donné que j’ai fini mes études secondaires assez tard, j’avais peur de tomber sur des personnes plus jeunes que moi et de ne pas me sentir à ma place.

Ensuite, je dois être totalement transparente avec vous et vous avouer que je n’étais pas aussi certaine que certains pourraient le croire du choix de mes études. J’ai choisi de faire des études de psychologie parce qu’elles me semblaient intéressantes et semblaient me correspondre… mais ça n’a jamais été une évidence. C’est avec le temps que j’ai réalisé que ces études m’apportaient réellement quelque chose et qu’elles jouaient un grand rôle dans mon épanouissement personnel. Mais ça, je vous en parlerai un peu plus en détail lorsque j’aborderai le second point.

En fait, c’était mes deux principales craintes. Après, j’avais bien évidemment peur de l’inconnu et de ne pas savoir ce qui allait m’attendre. C’est un nouveau « style de vie » où on perd un peu nos repères et on ne sait pas trop si on va réussir à s’adapter aux nouveautés. J’avais d’autant plus peur après avoir eu des difficultés à sortir de mes études secondaires. Finalement, tout s’est très bien passé et en seulement une année, je me sens déjà tellement différente… et ce point, je l’aborderai un peu plus en profondeur lors de mon troisième et dernier point.

  • QUELLES ONT ÉTÉ MES IMPRESSIONS LORS DE CETTE PREMIÈRE ANNÉES ?

Au début de l’année, ça n’a pas été évident. J’avais fait quelques rencontres sympathiques, mais rien de très sérieux : je ne pouvais pas dire que ce serait des personnes que je pourrais voir en dehors de l’école [ce que je trouvais un petit peu triste]. Je ne voulais pas non plus forcer les choses et je me suis dit que ça allait bien se passer et qu’il suffisait de prendre son « mal en patience » et que les choses se feraient d’elles-mêmes. Ça a certainement pris un peu plus de temps que je le pensais, mais j’ai fait de très belles rencontres cette année et j’ai bien l’impression qu’elles pourraient être solides. Quand à mes études, de ce côté-là, j’étais très motivée (surtout au premier quadri [semestre]) : j’allais tous les jours en cours et je prenais toujours beaucoup de notes [plutôt bien structurées] à tel point que je n’avais souvent plus grand chose à faire en rentrant à la maison. D’ailleurs, lors du blocus [période d’études avant les examens], je me sentais assez calme. J’ai tout de même raté 2 examens que j’ai dû repasser à la fin de l’année [ce qui était légèrement handicapant] mais rien de bien grave. Pour une première session d’examens, c’était plutôt même bien étant donné que j’avais plus de bagage pour entamer mon deuxième quadri [semestre]. C’est lors de ce second semestre que j’ai rencontré les personnes avec qui je suis restée jusqu’à la fin de l’année. Nous avons fait de belles petites sorties ensemble lors de nos temps libres à midi entre 2 cours et nous nous sommes même vues au début des vacances. Je pense avoir trouvé des personnes qui ont cet équilibre dont j’ai besoin entre le petit grain de folie, la gentillesse et le respect : des personnes sur qui je peux compter. Cela n’a pourtant pas empêché que cette deuxième partie de l’année a été plus stressante que la première pour moi parce que nous avions plus de responsabilités : nous avions des petits stages d’observations à faire et un travail de technique d’observation de 10h où nous devions trouver un enfant d’un certain âge à observer dans son quotidien. Tous ces travaux se sont bien évidemment accompagnés de rapports plus ou moins conséquents à rédiger pour rendre par la suite au professeur, ce qui allait compter pour l’examen de fin d’année. Les stages d’observation se sont quant à eu suivi de 3 rapports [un par stage] et d’un examen oral [choisi au hasard le jour-même entre les 3 cours]. Ça n’a l’air de rien [ou peut-être que si], mais j’ai, durant toute cette période, douté de moi et de mes capacités. Je me suis demandée si j’allais y arriver… et j’y suis arrivée.

J’ai finalement fini cette année sans examens de passage [après un petit problème technique que j’ai eu le plaisir de vous raconter dans un de mes précédents article (voir ici)].

  • QU’EST-CE QUE J’EN AI RETIRÉ DE CETTE ANNÉE ?

Après cette année passée et après être passée par toutes les émotions possibles, je peux à présent vous dire sur je me sens désormais plus sereine et plus heureuse. Je me sens capable de réalisé plus de choses et j’ai plus confiance en mes capacités. J’ose plus, je perds moins mon temps à prendre des décisions et je profite plus des occasions qui me sont offertes. Comme je vous l’ai confié un peu plus haut, j’ai à plusieurs reprises douté de moi et je n’étais pas certaine d’y arriver. Maintenant que cette année est clôturée pour moi, je peux me dire “au fond, ce n’était pas impossible”. Et à force de me le dire à chaque fois que je me mets la pression à faire quelque chose, je commence tout doucement à me persuader que ce ne sont que des défis qu’on se lance et dont nous sommes fiers de relever et de réussir [même si ça nous a demandé plus ou moins beaucoup d’énergie pour y parvenir].

D’un point de vue plus pratique, voici quelques conseils que je tiens à vous donner après les avoir expérimentés et qui m’ont énormément servis pour réussir :

  1. Aller régulièrement en cours. Ce n’est pas un secret, il est important d’écouter non seulement les explications des professeurs mais aussi d’apprendre à connaître le professeur que vous avez en face de vous. L’air de rien, ça aide énormément de connaître le tempérament de votre enseignant. De plus, c’est souvent [si pas toujours] pendant les cours que les professeurs donnent plein de petits trucs pour réussir leurs cours. « Ce que vous faites à l’école, c’est ce que vous ne devrez pas faire à la maison »… voilà une phrase qu’on n’à pas cessé de me répéter depuis de nombreuses années mais qui est tellement vraie. Pensez-y lorsque vous avez un petit coup de moue et que vous hésitez à vous mettre au boulot.
  1. Préparer/anticiper vos prochains cours. J’avoue que je n’ai pas beaucoup appliqué ce conseil parce qu’une partie de moi n’était pas assez motivée et une autre partie ne savait pas trop comment s’y prendre pour que ce soit utile. Au deuxième quadri, j’ai été obligée de prendre plusieurs jours pour réorganiser des cours que je n’avais pas préparé avant et c’était vraiment long. Depuis, je me suis promise de mieux m’y prendre. D’ailleurs, voici 2-3 trucs assez sympa :

2.1. Copier/coller les slides du professeur [lorsqu’il n’a pas de cours complet] sur un fichier word et laisser de l’espace pour compléter par des notes prises en classe. C’est assez sympa à faire et ça nous donne un cours complet et structuré assez facilement.

2.2. Compléter les notes incomplètes prises en classe à l’aide du syllabus/power point ou des notes de nos amis/collègues de classe.

2.3. Relire régulièrement la matière vue en cours [cours + notes] et marquer les endroits moins bien compris pour pouvoir poser les questions bien à temps. Le professeur avance généralement rapidement dans son cours, il est donc important de poser les questions directement au cours suivant parce qu’après c’est trop tard et on est rapidement largué.

  1. Prendre régulièrement des notes afin de structurer à votre manière le cours et vous faciliter par la suite votre étude pour vos prochains examens.
  1. Connaître ses limites et savoir juger si on est capable d’écouter en cours. Mieux vaut rater 1h ou 2h de cours et se reposer pour être en forme pour les jours suivants plutôt que de traîner une grosse fatigue et ne pas écouter de la semaine. Même chose si on sait que le professeur ou le cours ne nous plaît pas : c’est plus intelligent de travailler un autre cours et de vous avancer plutôt que de rester en classe en sachant pertinemment que vous n’allez de toute façon pas écouter.
  1. Ne pas chercher d’ennui avec les professeurs [ce qui ne signifie pas caresser sans cesse dans le sens du poil]. Ce que je veux dire par là, c’est que je n’ai encore jamais vu un professeur [ni même personnes] prendre plaisir à aider quelqu’un qui l’agresse. Le respect est quelque chose à appliquer non seulement à l’école, mais aussi de façon quotidienne. Je vous promets, ça facilite la vie.
  1. Meilleur conseil de toute la vie : se faire de bons amis et de bon contacts. Personnellement, j’ai eu l’occasion d’être en relation avec des étudiantes de deuxième et elles m’ont donné que de bons conseils. En dehors de certaines notes ou synthèses qu’elles m’ont gentiment partagées, elles m’ont surtout rassurée et permis d’appréhender les choses de façons plus positives. Elles ont été un réel support psychologique et elle m’ont offert leur aide avec tout leur temps et gentillesse [ce qui est un gros cadeau]. Donc, entourez-vous de bonnes personnes. Je m’imagine que je ne suis pas la première à vous le dire, mais une rencontre peut tout changer : en bien comme en mal. Une personne peut autant vous tirer vers le haut que vers le bas. Donc profitez de la vie, mais avec des personnes qui vous correspondent et qui vous permette d’évoluer dans le sens que vous désirez et de vous épanouir dans un environnement confortable. Ne laissez personne vous changer ou vous empêcher de réaliser vos envies et vos rêves. Vous êtes maître intégral de votre vie et c’est à vous de devenir la personne que vous souhaitez être. Tout ça pour vous dire : restez vous-même et entourez-vous des personnes qui ne veulent que votre bien. 

Voici donc quelques conseils que j’ai reçu ou que parfois je me suis moi-même donnés. Il y a certains points que j’ai appliqués dès le début et d’autres que j’ai mis du temps à suivre… mais le fait est que ça m’à énormément servis et que j’espère que ces conseils vous serviront aussi désormais.

Cette année était réellement un nouveau départ : nouvel endroit, nouvelles personnes, etc. Tellement de choses changent dans ce genre de moment : parfois on vit de belles choses et parfois on regrette. Dans mon cas, j’ai vécu plus de belles choses que de regrets. J’ai réalisé à quel point j’aimais les études que je faisais et c’est certainement une des meilleures choses qui aurait pu m’arriver. Il y a encore un an, je ne savais rien de ce qu’il m’attendait et aujourd’hui, j’ai trouvé tellement de réponses à mes questions : quel bonheur et quel soulagement. Désormais, je profite de ce que la vie a à m’offrir et je souris dès que j’en ai l’occasion. Je me prends de moins en moins la tête pour des petites choses et j’avance comme j’aurais dû le faire depuis longtemps.

Une nouvelle année scolaire se rapproche à grand pas et pour la première fois depuis longtemps, je suis impatiente de l’appréhender… n’est-ce pas merveilleux ?


 

Voilà les amis tout ce que j’ai pu en tirer de cette année.

J’espère que cet article vous aura plu et que vous ne m’en voulez pas trop d’avoir mis autant de temps à vous le pondre. Je pense que j’ai retardé l’échéanche parce que je ne trouvais pas les mots pour aborder ce sujet. Vous vous doutez bien que c’est un article qui me tenait à coeur d’écrire parce que j’avais envie de vous partager le mieux possible et le plus fidèlement possible mon expérience. De plus, je me mets touours plus de pression pour vous offrir des article plus ou moins de qualité. Je ne suis pas une grande rédactrice en chef, mais il n’empêche que je mets tout mon coeur et toute mon âme à la tâche en privilégiant la qualité à la quantité. d’ailleurs, je vois bien dans les chiffres que j’écris moins d’article, mais qu’ils vous plaise beucoup plus [et ça me fait extrêmement plaisir].

N’hésitez pas à mes dire en commentaire si vous avez d’autres petits trucs qui pourraient aider les autres étudiants [et m’aider par la même occasion]. J’adorerais que vous me partagiez votre expérience !

Encore un tout grand merci pour votre soutien… Bisous,

Pauline ♡

 

 

→ Retrouvez-moi aussi sur : Facebook ♡ Instagram ♡ Twitter ♡ 

Publicités

Un commentaire sur “Ma première année aux études supérieures 📚

  1. coucou, super article Pauline. C’est toujours difficile la première année d’unif pour plein de raisons et tu as finalement parfaitement bien réussi ta première donc plus de crainte à te faire sur tes capacités ;) ! Supers conseils donnés dans cet article btw ! Bisous

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s