En 2021 : fini les témoins passifs/actifs, on (ré)agit !

Regarder de 1:00:28 à 1:00:36
Regarder 7 min 27 de bêtises

RADIO ARTS-MADA

« Frédéric Julien (animateur) : Tony Guedj, « Les mains sur le clavier ». Alors Fabien, que pensez-vous de ces chansons d’aujourd’hui et de ces artistes ?

Fabien Lecoeuvre (invité) : Mais déjà, il a beaucoup de talent ce garçon… beaucoup beaucoup. Mais la seule chose que moi… l’observation que je fais… et ça ne s’adresse pas spécialement à lui quand je dis ça… il a beaucoup de talent… indiscutablement, il chante bien comme personne, il n’y a rien à dire, c’est parfait. Mais, on a perdu cette notion aujourd’hui des « beaux garçons », des « très beaux garçons » qu’on lance. Aujourd’hui, les gens qui réussissent, qui font carrière, c’est tous ceux qui gratte un peu de guitare, qui joue du piano, il faut être auteur-compositeur, faire ses propres chansons. Seulement, tout le monde n’est pas Jean Ferrat, Polnareff ou des Gainsbourg, bon. Et je trouve qu’on a négligé aujourd’hui, le rôle du « beau chanteur » : que ce soit Sacha Distel, Johnny, vous prenez des Cloclo, vous prenez des gens…

F.J : …qui ont des gueules !

F.L : …qui étaient des gueules, on remplissait de leurs photos les magazines à l’époque. Là, quand vous voyez ces mecs aujourd’hui,  non mais franchement, par politesse tout le monde dit que c’est formidable, très bien, mais vous ne mettez pas un poster… comment il s’appelle ce garçon ? … de Guedj dans votre chambre.

F.J : Alors… Tony Guedj… (rigole)

F.L : Tony Guedj, voilà Tony Guedj, franchement ! Et moi, quand je dis ça, ce n’est pas au 1er degré, je le mets au 8ème degré, évidemment, parce que je ne me permettrais pas de dire ça de quelqu’un. Mais je parle d’une manière générale pour les chanteurs, quand est-ce qu’on va nous sortir des « beaux mecs » ou des belles… « filles sublimes ». Bon, quand vous regardez Hoshi par exemple, qui a un talent incroyable, indiscutable… mais enfin, vous mettez un poster de Hoshi dans votre chambre vous ? (ndlr : s’adresse à l’animateur)… 

F.J : (ne répond pas, et sourit/rigole)

F.L : … mais elle est effrayante ! Non mais quand je dis ça, je n’ai rien contre cette fille, qui est géniale, et qui a du talent. Je l’ai reçue avec son succès « Ta marinière » qui est génial. Elle a du talent cette fille, vraiment… mais qu’elle donne ses chansons à des « filles sublimes » comme des Vanessa Paradis, comme il y a eu des Vartan, même des Sheila à 20 ans ou des Françoise Hardy. Il y a plein d’interprètes magnifiques. Je suis sûr qu’il y en a… il y a des » filles et de garçons magnifiques » qui cherchent des auteurs-compositeurs pour exister. Quand est-ce qu’on va redonner cette chance ? Parce que, ce qu’on n’a pas compris, aujourd’hui, pour revendre du disque, revendre des magazines, refaire de la press… il faut des gens beaux. Mike Brant, il a vendu sur sa gueule avec sa voix évidemment et sa gueule… on ne lui demandait pas forcément de faire ses chansons. A un moment donné, c’est à dire que…

F.J :… un petit peu comme les 2Be3 aussi à l’époque ?

F.L : Mais Calogero, il donnerait sa chanson… Calogero, à un équivalent de Johnny Hallyday de l’époque « beau gosse », mais il vendrait 4 fois ce qu’il vend… et c’est un grand vendeur Calogero. Vous voyez, c’est à dire que quand on voit Christophe Mae, Florent Pagny... alors, ils se mettent des boucs comme des chèvre maintenant (ndlr : parle de la barbe « triangle inversé »)… ils se mettent des boucs en noir et blanc…

F.J : (rigole)

F.L :… non mais franchement, personne ne leur dit dans leur entourage parce que ça fait… mais les filles, elles ne bandent pas pour ça. Christophe Mae qui est « beau » comme tout, il est adorable, il a un physique magnifique, il est sex, il plait aux filles… eh bien il se met un truc de chèvre sur le visage… un bouc de chèvre. Non mais, franchement, Pagny pareil…

F.J : (rigole)

F.L : … qu’est-ce qui leur prend ? Ils s’enlèvent la clientèle féminine

F.J : … c’est ça… (rigole et sourit toujours)

F.L :  … c’est à dire, je ne comprends pas… ils s’enlaidissent... moi, je ne comprends pas… qu’il n’y a pas un manager autour d’eux qui leur dit « mais putain,  arrivez avec des gueules… » pour faire bander les filles quoi. Enfin, je trouve que là, ils sont dans des trucs… genre « on ne veut pas plaire ». Ils arrivent avec des barbes de 8 jours…

F.J :… c’est très tendance… (sourit)

F.L :  Kendji Girac est beau comme tout, c’est un beau garçon Kendji…

F.J : …oui, tout à fait…

F.L : … il est adorable : pourquoi il se met cette barbe de mec de 45 ans quoi ?

F.J : … ils veulent tous se faire vieillir.

F.J : Non, mais je ne sais pas… mais enfin… et c’est pour ça qu’on a arrêté les posters dans les chambres des ados

F.J : Ah moi, ça fait longtemps que j’ai arrêté aussi…

F.L : Non, mais elles préfèrent Justin Bieber… elles préfèrent de gueules d’ado comme ça, américaine, africaine… qui ont des gueules magnifiques. Mais nous, mais nous, regardez la chanson, c’est un désastre franchement. Et pourtant, il y a des putains de talents, d’auteurs-compositeurs. Il y a des grands auteurs-compositeurs…

F.J : Des jeunes talents qui…

F.L : Alors quand ils n’arrivent pas avec un grand bonnet sur leur tête jusqu’aux oreilles, avec une barbe en collier et puis une bonnet enfoncé jusqu’aux sourcils…

F.J : (rigole)

F.L : Non mais, à un moment donné… on a perdu la notion de « sex », c’est à dire le « sex appeal »… dans la chanson.

F.J : …oui-oui…

F.L : Les producteurs et les patrons des maisons de disques : « putain, mais mettez des mecs qui font bander les filles, ou les mecs peu importe… »

F.J : oui-oui…

F.L : … mais à un moment donné, mettez des « mecs beaux » et des « filles magnifiques… sublimes » qu’on a envie de mettre un poster dans sa chambre.

F.J : A la date d’aujourd’hui… les gamines de 18 euh… 

F.L : Non, mais je ne comprends pas qu’on ne… aujourd’hui, on engage exprès des mecs… alors soi-disant parce qu’ils jouent bien, ils chantent bien… on engage que des mecs laids. On se dit « mais c’est un concours ? c’est quoi ? ».

F.J : Il faut que tout soit fluide et aille avec… ensemble…

F.L : Non mais moi, je pense qu’on va sortir de cette époque !

F.J : je pense, oui…

F.L :… parce qu’on en a marre, les barbus on en peu plus. Il n’y a plus un chanteur qui n’est pas barbu…

F.J : … ils nous ont rasé… (ndlr : pas compris la fin de la blague…)

F.L : Non mais, je pense qu’on va sortir de cette époque… je suis sûr et certain. Là, on a fait le tour des barbus. 

F.J : Et je pense aussi, on revient aux chansons à texte… et ça c’est important. On revient aux chansons à texte… parce que ça s’était perdu. Et là, je trouve qu’on revient…

F.L : Oui… Non mais, on peut être un chanteur jeune, beau et sexy, et chanter des chansons à texte. 

F.J : hum hum (ndlr : confirmation)

F.L : On n’est pas obligé d’avoir la tête d’un affreux pour chanter des chansons à texte. Enfin, vous voyez. Et puis, je trouve que… Et je trouve qu’on s’est un petit peu égaré. Alors après, on se dit « ah oui, mais la chanson ça ne marche plus, les variétés ça ne marche plus à la télévision ». Bah oui, mais enfin vous mettez des gens vilains… à la télévision. Mettez des gens beaux à la télévision ! Vous allez voir, vous allez revendre. Regardez Marc Lavoine quand il a vendu du disque… parce que… c’est un grand vendeur de disque Marc Lavoine…

F.J : grand… grand…. grand grand…

F.L : Mais à l’époque, il avait une gueule d’ange… il était magnifique quand il était jeune. Bon là, il a un petit peu passé… comme tout le monde, bon. Mais on n’a pas compris que c’est sur la gueule qu’on vend à un moment donné.

F.J : oui…

F.L : Les filles, elles aiment avoir des mecs beaux qui chantent… voilà…

F.J :… qui s’entretiennent et qui donnent quelque chose et qui donnent envie et qui…

F.L : … voilà ! voilà, ils arrivent avec des boucles d’oreilles, des barbes de 15 jours,… mais on se dit « mais ils ont… » fin, bon, les gens je crois qu’ils m’ont compris.

F.J : oui… ils auront…

F.L : … et je crois qu’il y a des millions de personnes qui pensent comme moi !

F.J : … tout à fait ! non non… c’est vrai qu’ils (ndlr : les chanteurs) se rajoutent des trucs superficiels, des choses qui…

F.L : Non mais, faire une carrière à la Johnny, ce n’est plus possible. Elle est possible si vous mettez des gens beaux.

F.J : Est-ce qu’il y en aura par la suite ?

F.L : Oui ! Mais il y en a plein, allez dans les cours de théâtre, les cours d’école comme l’AICOM par exemple (école de comédies musicales). Il y a des beaux garçons, des filles sublimes. Mais sous prétexte qu’ils ne font pas leurs propres chansons, on ne leur donne pas un micro ?

F.J : (rigole)

F.L : Non mais…

F.J : C’est ça…

F.L : Mais c’est ça… ils ne sont pas auteurs-compositeurs, on ne leur donne pas un micro. Quel dommage ! Recréez des idoles,  mais de vrais idoles, pas des… vous voyez M. Pokora ? Pour moi, c’était le dernier intelligent de l’histoire finalement, parce que son producteur est un mec brillant, d’ailleurs Thierry Said que je connais bien…

F.J : Il a très bien compris…

F.L : Il a mis un mec beau dans la « beauté de l’époque »… mais il est beau. D’un seul coup, les filles, elles mettaient les posters de M. Pokora dans les chambres. On a perdu cette notion… on dirait qu’on ne veut plus mettre des gens beaux parce que « holala, beurk, c’est trop populaire, on va trop vendre de disque. Non non tu comprends, il faut mettre un mec qui s’exprime avec une barbe et puis qui a des problèmes à raconter aux autres… ». Pffff.

F.J : Ils se cachent…

F.L : Non non, mais moi je trouve qu’il faudrait faire péter les verrous de tout ça aujourd’hui… »


Hello tout le monde,

Je ne suis pas spécialement heureuse de vous retrouver aujourd’hui, parce qu’on va beaucoup parler… et on va beaucoup parler de sujets pas très comiques. Cet article n’aurait jamais dû voir le jour mais je crois qu’il faut VRAIMENT qu’on parle !

Il est possible que ces 2 derniers jours, vous ayez entendu parler des propos qu’a tenus Fabien Lecoeuvre dans une radio (attaché de presse, chroniqueur à la radio et à la télévision, et auteur d’ouvrages sur la chanson française, Wikipédia). Ce dernier, après avoir écouté la chanson d’un artiste (Tony Guedj) et que l’animateur de la radio lui ait demandé « que pensez-vous de ces chansons d’aujourd’hui et de ces artistes ? », a fini en roue libre. Je m’explique, pendant plus de 7 minutes, Fabien Lecoeuvre a tenu des propos inadmissibles et indiscutables, se permettant de juger la beauté physique des chanteurs d’aujourd’hui. 

Ce que j’ai envie de faire dans cet article n’est pas forcément de me centrer sur les propos tenus par Fabien Lecoeuvre et Frédéric Julien, parce que je vous ai mis en gras les propos qui m’ont profondément choquée (et je vous laisse faire votre propre opinion/critique dessus). Ce que j’ai surtout envie de faire dans cet article, c’est d’utiliser cette histoire pour mettre le doigt sur TOUT ce qui ne va pas, et donc sur des dysfonctionnements importants de notre société actuelle. 

Pour commencer, je vais vous partager ce que j’ai écrit hier sur Instagram, parce que c’est sur cette application que j’ai commencé à réagir et que ça me permettra d’introduire plusieurs points que je souhaiterais développer par la suite :

Instagram : @paulinelaloux.be

  • Propos tenus par Fabien Lecoeuvre
  • Attitude de l’animateur (témoin passif/actif)
  • Radio qui publie l’intégral sur YouTube et qui a coupé la séquence au montage

Le premier point, je n’ai pas envie de m’y attarder plus longtemps : pour moi, Fabien Lecoeuvre est un con fini (je l’ai dit) et il ne mérite pas qu’on lui donne du crédit. Malheureusement, il n’est pas simple de dénoncer le comportement injustifiable d’une personne, sans la mentionner et en parler. Profite-il d’un bad buzz pour qu’on parle de lui ? Je laisse la question en suspension, mais je ne lui offrirai pas plus de lumière que ces 3-4 lignes… 

Un gros point que je souhaiterais aborder dans cet article est l’attitude de Frédéric Julien, l’animateur qui a accueilli F.L sur la radio. Je le rends autant responsable dans cette histoire. Je pense qu’on oublie beaucoup trop souvent et beaucoup trop vite qu’à côté des personnes qui parlent et qui se mettent en lumière (pas toujours pour leurs lumières par contre… notez mon petit jeu de mots), se cachent souvent (si pas toujours) des témoins passifs/actifs. En l’occurrence, j’ai dû mal à trancher entre « passif » et « actif » puisque la majorité du temps, l’animateur ne réagit pas, si ce n’est pas des rires et des sourires (complètement niais). Il n’y a que 2-3 fois où il prend la parole (où il décide/réussi à prendre la parole… notez le peu d’assurance… il n’arrive pas à en placer une !) et qu’il appuie les propos de Fabien Lecoeuvre… comme s’il cherchait son approbation. Juste, prenez 2 minutes pour regarder la structure de l' »interview », F.L ne laisse pas l’animateur intervenir, lui poser des questions, etc. et les seules fois où ce dernier arrive à glisser 2 mots, on a l’impression d’entendre un enfant qui n’ose pas contredire l’autre personne. J’en profite donc pour souligner le peu de professionnalisme de Frédéric Julien… c’est son métier de mener la discussion et de pouvoir orienter la conversation pour qu’elle ne vrille pas à ce point.

→ Mais là où je souhaite vraiment en venir, c’est le rôle qu’à joué l’animateur en faisant la sourde oreille du début jusqu’à la fin… A l’heure actuelle, ce n’est plus permis d’entendre de tels propos et c’est encore moins permis de laisser des personnes parler de cette manière. Je veux dire, il y a un sérieux problème dans la société pour en arriver à ce qu’on laisse Fabien Lecoeuvre déblatérer ces idioties devant des milliers de personnes ET qu’après ce scandale, la seule solution qu’on trouve, c’est de faire l’autruche et de couper la séquence (alors qu’elle a été vue des centaines de milliers de fois (si pas millions à l’heure où je vous écris). Une fois de plus, le professionnalisme demande (oblige !) d’assumer les conséquences de ses actes et de se remettre en question. Au lieu de ça, on laisse parler, on dit des bêtises et puis on supprime les « preuves » en espérant ne plus en parler. En fait non, le mal est fait… on répare ses torts !***

*** Note : Il est 18h21, et je viens de voir un communiqué publié sur la page Facebook de Radio Arts-Mada. Je vais être honnête avec vous, je suis très peu convaincue du communiqué qui me semble TRÈS léger. Néanmoins, je vous le partage et j’admets qu’il existe (ça serait hypocrite de faire la sourde oreille). Je lis… j' »entends » ce qu’ils disent… mais je ne me contenterai pas de ce communiqué. Une radio qui se désolidarise des propos tenus par Fabien Lecoeuvre ne publie pas l’intégrale de plus d’1 heure (70 minutes) sur sa chaine YouTube, mettant en lumière cette personne. Un animateur de radio « très engagé contre les discriminations et toute forme de violence sexiste » ne « sourit » pas de malaise en disant « oui », « c’est ça », « tout à fait » et en appuyant à plusieurs reprises les propos de l’invité. J’attends d’autres explications, mais celles-ci sont loin de me suffire et d’apaiser ma colère (bien au contraire).

Au final, c’est un ensemble de plein d’éléments qui m’ont mise hors de moi : il n’y a absolument rien qui allait dans cette histoire. Entre Fabien Lecoeuvre qui ose sortir des sottises en concluant « je crois qu’il y a des millions de personnes qui pensent comme moi ! », Frédéric Julien (témoin passif/actif) qui lui répond « tout à fait » et qui arrive à dire à la fin « qui s’entretiennent et qui donnent quelque chose et qui donnent envie et qui… » pour appuyer les propos de F.L qui dit que les filles cherchent des « mecs beaux ». Et pour finir, la radio qui met en ligne l’interview dans son intégralité et qui supprime la partie qui fait scandale (sans rien dire, en mode « il ne s’est rien passé »). Pour moi, ces erreurs ne sont plus permises en 2021… C’est beaucoup trop grave. 

Je sais que cette histoire va finir aux oubliettes, c’est pour cette raison que je ne veux pas spécialement m’attarder sur cette histoire, mais plutôt la prendre comme exemple d’un schéma que l’on retrouve beaucoup trop souvent dans d’autres histoires (parfois beaucoup plus graves, si vous voyez de quoi je veux parler : viols, racisme, discrimination, etc.). Ce n’est plus possible, il faut que cela cesse.

J’aimerais enfin terminer en revenant sur un détail qui a toute son importance (à mon goût) : on a énormément parlé et soutenu Hoshi dans cette affaire. Cela a mené à beaucoup de messages d’amour vis-à-vis d’elle et on est beaucoup revenu sur l’image de la femme (parce que dans la vidéo publiée par le journaliste Hugo Clément, mais pas que…), on ne voit qu’une séquence de 35 secondes concentrée sur la chanteuse. La réalité est que Fabien Lecoeuvre s’en est pris à la chanteuse Hoshi, mais également aux chanteurs Tony Guedj (dont l’histoire est partie de là), Calogero, Christophe Mae, Florent Pagny et Kendji Girac : 5 chanteurs masculins. Là où je souhaite en venir, c’est qu’Hoshi est indéniablement la nouvelle « jeune chanteuse féminine » qui prône de magnifiques valeurs et c’est vraiment cool de la soutenir dans ces moments-là. Mais cette fois-ci, il faut reconnaitre qu’il n’y a pas que le sexe féminin qui s’est pris des coups, le sexe masculin également (et même beaucoup plus). Voilà, c’était une petite parenthèse pour clôturer cet article… Continuons à agir et à nous battre pour ce qui compte réellement, mais essayons d’être le plus juste possible et de ne pas réagir seulement à chaud sur base d’une vidéo qu’on a vue (et prendre le temps de s’informer de son côté et de se forger sa propre opinion). 


Voilà ce qui clôture un article qu’il me semblait essentiel d’écrire et de publier.

Il a été écrit par une jeune femme qui en a ras-le-bol de voir et d’entendre des histoires pareilles se produire… et qui ne le devraient pas. C’est tout simplement scandaleux d’entendre des propos pareils sortir de la bouche d’une personne (homme ou femme… cessons de parler de sexisme, parce que ce n’est pas le sujet). C’est encore plus révoltant de voir qu’un animateur (journaliste ?), témoin, confirme et aille dans le sens de la personne. J’ai du mal à croire qu’en 2021, on arrive encore a agir comme des enfants en faisant l’autruche ou pire, en supprimant « l’air de rien » les éléments « compromettants ». Juste, il faut grandir, il faut murir, il faut assumer ses actes et les remettre en question… c’est ça être adulte, c’est ça être un « homme », c’est ça être une « femme »… c’est admettre ses erreurs, c’est admettre ses fautes, c’est vouloir s’améliorer… c’est se confronter à la réalité : on s’est trompé, on en assume les conséquences et on avance ! Parce que là, quand on regarde cette vidéo, on a l’impression de reculer… de beaucoup reculer. Et c’est fatiguant et désespérant…

Je vais m’arrêter ici, mais s’il vous plait : il faut que tout cela cesse… il faut (ré)agir ! On ne peut pas tous les jours répéter/rappeler les règles de bienséance, ce qui implique un minimum de bienveillance. A ce stade-ci, on ne peut plus parler de maladresse… c’est beaucoup trop grave.

Merci à tous ceux et toutes celles qui auront lu cet article jusqu’au bout. Il m’a semblé important de libérer une énième fois la parole (parce qu’on ne fait que ça…). Merci beaucoup, en espérant que cet article vous aura apporté un petit quelque chose : un mini enrichissement personnel, une envie de réagir, ou autre. N’hésitez pas à répondre à mon article en commentaire…

Je vous embrasse fort,

Pauline ♡

Retrouvez-moi aussi sur :  

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s